Sur le même sujet

© Luc Tesson

© Luc Tesson

Manon apprend la pudeur

A l’adolescence de l’enfant handicapé, comment lui faire découvrir l’intimité et la pudeur ? Témoignage de parents.

Quand le corps de Manon a commencé à se transformer de façon visible, je lui ai expliqué qu’elle devenait une jeune fille, comme ses sœurs. Mais du fait de son handicap mental (elle est trisomique), elle a du mal à accepter ces changements corporels et à ajuster son comportement. Nous essayons donc de la responsabiliser sur de nombreux plans de sa vie quotidienne : hygiène, alimentation, sommeil, gestes d’affection, et maintenant, attirance sexuelle.
La première difficulté sans doute, c’est que depuis toute petite, Manon n’a aucune pudeur. Plus jeune, dès qu’elle pouvait échapper à notre vigilance, elle passait d’une pièce à l’autre, comme un bolide, toute nue. Aujourd’hui, elle n’a toujours pas de pudeur mais elle sait qu’il y a des règles à respecter: personne ne se déplace nu dans la maison ni ne rentre dans une chambre sans frapper. Je frappe donc à sa porte et c’est très important pour elle. Nous lui disons aussi que maintenant "elle est grande" et que par conséquent, ses frères, son papa ou n’importe quel autre garçon ne doivent pas la voir nue. Peu à peu, les choses se mettent en place mais ce n’est pas toujours gagné ! Côté pudeur des sentiments et des paroles, Manon rencontre les même difficultés : nous lui disons que certains sujets font partie de l’intimité de chacun et qu’il ne faut pas en parler, mais elle ne comprend pas pourquoi !
Naturellement, Manon a aussi beaucoup d’attirance pour les jeunes hommes et les papas. Il nous faut donc expliquer, à l’extérieur de la famille, comment se comporter vis-à-vis de Manon, et garder une distance. Ce qui n’est pas toujours facile ! La joie de vivre et l’affection débordante de Manon sont vraiment des moments de bonheur pour ceux qui la connaissent, et ils n’ont pas forcément envie de la freiner ! Nous tentons quand même de lui apprendre à contrôler ses gestes et profitons de films en cassettes ou DVD pour lui expliquer comment se comporter dans la réalité : on n’embrasse qu’avec délicatesse sur la joue, on ne prend pas n’importe qui dans ses bras, on tend la main pour saluer quelqu’un de peu connu, on ne demande pas un garçon en mariage… Autant de choses à répéter encore et toujours, sous forme de consignes brèves et simples, sans succomber à l’exaspération de la 77e fois ! Car dans le fonctionnement de Manon, tout ce qui n’est pas interdit avec des paroles précises, est permis ! Ce qui complique un peu l’éducation, forcément.

Jean et Claire Santagostini, Ombres et Lumière n°169

Pour aller plus loin