Sur le même sujet

Samuel et Florent Bénard © C. de La Goutte/Ombres&Lumière

Samuel et Florent Bénard © C. de La Goutte/Ombres&Lumière

Frères complices

Organisée par la conférence des évêques de France, une soirée inédite se tiendra lundi 9 avril aux Bernardins en présence du Président de la République. Ambassadeurs de l’OCH, Samuel Bénard, atteint d’autisme, et son frère Florent y donneront leurs témoignages. Portrait.

Ils ont la même silhouette élancée et la passion du foot ! Frères dans la vie, supporters du PSG, Samuel et Florent Bénard, 36 et 33 ans, ont bâti une relation très forte depuis leur tendre enfance, leurs premiers jeux, et la chambre qu’ils partagèrent dans l’appartement familial jusqu’à l’entrée en collège de Florent. « Entre nous, c’est une histoire fusionnelle où il y a beaucoup de complicité », commente d’emblée Samuel, grand brun aux yeux foncés en amande. « C’est peut-être à cause de mon handicap », ajoute-t-il aussitôt, d’un léger balancement du torse et en frappant des mains.

Aujourd’hui, les deux frères ont chacun leur vie : Samuel travaille dans une bibliothèque municipale et vit dans un foyer de l’Arche ; Florent a son appartement, et il partage son activité entre la communication de l’OCH, où il anime un groupe de frères et sœurs d’une personne handicapée, et l’écriture d’histoires pour enfants. Mais les deux frères continuent de beaucoup partager autour du sport, d’un plat de pâtes au chorizo – un met particulièrement apprécié de Samuel –, et de la musique. « Samuel est passionné de chanson française, raconte Florent, châtain au regard bleu et doux. A force d’écouter en boucle les albums de Johnny Hallyday dans sa chambre, quand nous habitions encore chez nos parents, il a fini par me contaminer ! » Au point d’aller par la suite ensemble à deux concerts de la star et de communier avec la foule présente pour un dernier hommage devant l'église de La Madeleine le 9 décembre dernier. Le petit frère ajoute : « Nous n’avons pas besoin de beaucoup parler pour nous comprendre. Notre complicité passe aussi par des regards, des gestes. » « Quand Florent est énervé après une défaite du PSG, pour le consoler, je lui dis qu’il y a des choses plus graves » lance Samuel !

Très attachés à leur sœur, Hélène, de trois ans plus jeune, et à leur beau frère, Samuel et Florent partagent aussi les mêmes amis. « Les amis de Florent m’ont accepté tel que je suis. C’est très important pour moi, confie Samuel. Ils sont devenus mes amis. » Florent lui-même reconnaît qu’avant de passer des vacances avec Samuel et ses amis, il n’était pas facile pour lui de leur parler de son frère avec un handicap. Si dans leurs parcours, les deux frères se sont un peu éloignés l’un de l’autre, le plus jeune avoue qu’il ne pourrait pas s’envoler loin de l’aîné. « Etudiant, quand je suis parti de la maison, je sortais beaucoup et on se voyait moins. A cette époque, Samuel traversait une période difficile. J’étais inquiet pour lui. » Autiste, le jeune homme souffrait de ne pas avoir de travail. Il a dû faire une quarantaine de stages pour devenir bibliothécaire avant d’être embauché ! Un emploi qui fait aujourd’hui sa fierté et la joie de son frère. « Je suis admiratif du courage, de la détermination et de la persévérance de Samuel, témoigne-t-il. Il m’a appris à accepter l’autre, différent, comme il est. C’est une constante que je remarque chez les frères et sœurs de personne handicapée. Ils ont des antennes, une attention à celui qui est à l’écart, pas comme les autres. »

Lundi 9 avril, le binôme sera aux Bernardins pour témoigner devant Emmanuel Macron à l’invitation de la Conférence des évêques de France (CEF). «J’aimerais dire au Président qu’il ne faut pas laisser les personnes handicapées au bord de la route » note Samuel, approuvé par Florent : « il faut les remettre au cœur de nos villes, de nos projets, nos actions, qu’il s’agisse d’habitat, d’emploi, de loisirs… » Et Samuel de conclure : « J’espère que le plan autisme sera à la hauteur, qu’il apportera plus de fraternité. Qu’il y ait en France des occasions de rencontrer les personnes handicapées. »

Florence Chatel, ombresetlumiere.fr – 4 avril 2018

Pour aller plus loin

  • Gildas a quelque chose à nous dire

    Just et Tristan Philippot ont filmé leur frère Gildas, polyhandicapé, durant la dernière année de sa vie.

  • Cinéma : "Chelli"

    Comment construire sa vie lorsque l’on se sent responsable de sa sœur handicapée ?

  • Sacha, mon secret

    Frère de Sacha, un jeune homme autiste, Florent confie le lien extraordinaire qui les unit et la façon dont il a modifié