Sur le même sujet

  • Entre Ciel et terre

    Charlotte Breitel est la maman d’Henri, de Philippine, petite fille polyhandicapée qui est morte en 2007 à l’âge de 4 ans, et d'El

  • La parole de Dieu, notre refuge

    Laurent et Christel Landete, sont parents de six enfants dont les deux aînés sont atteints d’une maladie génétique orpheline incurable.

  • Ma Veillée des larmes

    Pour ses 50 ans, Béatrice a choisi de vivre le Jubilé de la Miséricorde à Rome avec trois amies proches avec qui elle a partagé peine

Grégory Turpin donnera un concert organisé par la Fondation OCH le 9 décembre 2016 à Paris. © Damaggio

Grégory Turpin donnera un concert organisé par la Fondation OCH le 9 décembre 2016 à Paris. © Damaggio

Chanteur engagé

Chanteur chrétien à succès, Grégory Turpin multiplie les rencontres et les engagements auprès du monde du handicap. Rencontre avec un homme posé, qui ne fait pas mystère de sa propre expérience de la fragilité.

Dans la cour qui mène aux bureaux de Grégory Turpin, dans le 8e arrondissement de Paris, le son suave d’un violon s’échappe de l’arrière-boutique d’un des luthiers de la rue de Rome… Beau prélude avant de rencontrer le chanteur chrétien, installé au-dessus des locaux de l’aumônerie paroissiale, à laquelle il donne un coup de main tous les mardis. La coiffure impeccable, vêtu d’une marinière délavée, comme en écho à ses yeux bleus, le jeune homme à la voix douce et posée dégage immédiatement une forme de sérénité pleine, teintée d’un peu de réserve… Dans quelques semaines, il s’apprête à se produire devant le public de l’OCH, peu après avoir chanté au Trianon, une salle parisienne prestigieuse. Pour celui qui a publié conjointement un livre, "ngage-toi (Cerf) et un disque, Changer de vie (Universal) au printemps dernier, ce n’est qu’une nouvelle étape dans un compagnonnage de plus en plus fort avec les personnes handicapées.

"Il n'y a pas de personnes handicapées dans ma famille. C’est après ma conversion, lors de rassemblements d’Eglise, que j’ai créé des liens avec des personnes touchées par le handicap", confie-t-il. Puis, récemment, il a visité des communautés de l’Arche et rencontré Jean Vanier, qui l’a beaucoup marqué et a préfacé son livre. En mai dernier, il a chanté devant 130 élèves des ULIS (unités localisées pour l’inclusion scolaire) de Paris. "J’en garde un super souvenir. Souvent, avec les adolescents, ce n’est pas facile… Là, c’était plein de simplicité, de fraîcheur. Ils ont manifesté une grande reconnaissance". Cet été, il a fait un tour à l’Arche & Co, le camp des jeunes de l’Arche aux JMJ. "Je suis frappé par la joie lors de ces événements… Une joie qui n’est que la conséquence de la bienveillance et de la fraternité." Mais qui est aussi décapante : "Plus on passe de temps avec les personnes handicapées, plus on touche ses propres limites… Ce sont eux qui mettent le doigt sur nos handicaps."

"J’ai buté sur mes limites"

L’expérience de la fragilité, Grégory l’a vécu et il ne s’en cache pas. A l’âge de 18 ans, quelque temps après sa conversion, le jeune ariégeois entre au Carmel de Montpellier, persuadé que c’est sa voie. Au bout d’un an, des problèmes de santé, de sommeil en particulier, le contraignent à sortir. Une vraie brisure. "J’ai buté sur mes limites. Sur le moment, j’ai perçu cette fragilité comme ce qui m’empêchait de vivre ce qui était bon pour moi… J’ai mis des années à l’accepter, et à comprendre que l’appel de Dieu est inscrit dans la chair : par cet échec, Dieu me disait quelque chose… Car il ne nous demande jamais au-delà de notre fragilité". Suit une période de "galère" où il plonge dans la drogue et l’alcool, mais où il retrouve le chemin auquel il aspirait adolescent : la musique. Alors qu’il renoue avec la foi, les portes s’ouvrent, et les succès s’enchaînent, sur le créneau difficile de la "musique d’inspiration chrétienne". "J’ai réalisé quelque chose que je ne pensais même pas possible… Quelque part, la fragilité est une chance, car elle permet à Dieu de pouvoir agir à notre place".

Engagement concret

Alors qu’on entend le bruit des trains de la gare Saint-Lazare toute proche, les doigts de Grégory jouent un peu nerveusement avec une série de cuillères à café. Aujourd’hui, il a conscience que sa position de "star" et le surmenage de la vie de scène le rendent vulnérable. "Le regard porté par l’autre est souvent biaisé par la notoriété", confie-t-il. Mais il tient son cap, dans la paix. L’art lui a permis "de rechercher le beau à travers l’imperfection, de laisser passer la lumière de Dieu à travers ses fêlures". Un art jamais séparé de l’engagement concret au service des autres, dans la cité : c’est tout le propos de son livre, où il invite les jeunes chrétiens à "prendre leur place" : "Les jeunes trouvent plein de bonnes raisons de ne pas s’engager, constate l’animateur d’aumônerie. Comment discerner le lieu de son engagement ? Ça commence autour de soi, par exemple dans sa famille : "Soyez fidèles dans les petites choses, je vous en confierai de plus grandes", dit l’Evangile". C’est dans cette idée de montrer des lieux d’engagement qu’il a choisi de reverser une partie des royalties de son disque à quatre causes qu’il soutient : Fraternité en Irak, les Projets Rosalie, l’Ordre de Malte France, et… l’Arche. C.Q.F.D.

Cyril Douillet, Ombres et Lumière n°214

Rejoignez-nous le 9 décembre à 20 heures, à l’église Notre-Dame de la Croix, 3 place de Ménilmontant - 75020 Paris. Entrée libre. Salle accessible aux personnes en fauteuil roulant. Concert organisé par la Fondation OCH : inscription préalable.

Pour aller plus loin

  • Ma Veillée des larmes

    Pour ses 50 ans, Béatrice a choisi de vivre le Jubilé de la Miséricorde à Rome avec trois amies proches avec qui elle a

  • Entre Ciel et terre

    Charlotte Breitel est la maman d’Henri, de Philippine, petite fille polyhandicapée qui est morte en 2007 à l’âge de 4 an

  • Ma maladie en vue de quoi ?

    Religieuse dans la congrégation des Bénédictines de Jésus Crucifié (Seine-et-Marne), Sœur Ingrid est atteinte d’une mala

A voir aussi